Voulez-vous consulter le site Web correspondant à votre marché?

Afficher le sélecteur de région

Dernière mise à jour MAI 2022

Le département de chimie de l'Université de Cincinnati adopte une solution organique pour réduire les déchets solides

Au fil des ans, les laboratoires universitaires passent par des milliers de sarraus de laboratoire et de gants en nitrile à usage unique. Lisez l'étude de cas pour savoir comment le programme RightCycle a aidé l'Université de Cincinnati à garder plus de 650 livres d'ÉPI usagé hors des sites d'enfouissement.

Lab worker removing and tossing used Kimtech Purple Nitrile Gloves into PPE recycling bin.

Le défi

L'Université de Cincinnati est la deuxième plus grande université de l'Ohio, avec une inscription annuelle de plus de 44 000 étudiants. Il s’agit également de l’une des meilleures universités publiques de recherche américaines.

Pendant des années, les étudiants en cours de laboratoire à l'université ont utilisé des gants jetables en nitrile qui ont été jetés après chaque utilisation. Il en était de même pour les chemises jetables fournies par les laboratoires aux étudiants pour les protéger des produits chimiques ou d'autres dangers.

La solution

Dre Beth Piocos, Ph.D., directrice académique et de sécurité pour le département de chimie, s'inquiétait de la quantité de déchets générés par son département. Piocos avait entendu parler de RightCycle de Kimberly-Clark Professional®, le premier programme de recyclage à grande échelle pour les laboratoires non dangereux, les salles blanches et les déchets industriels. Le programme RightCycle détourne les vêtements, les gants en nitrile et les lunettes de sécurité à usage unique des sites d'enfouissement et les transforme en nouveaux biens de consommation.

Piocos a décidé de l'essayer dans le département de chimie et a convaincu Dre Debbie Lieberman, Ph.D., monitrice de laboratoire de chimie organique, d’exiger que les étudiants portent les chemises de laboratoire et les gants en nitrile recyclables à usage unique de Kimberly-Clark Professional.

« Nous avons pensé, testons-le dans un laboratoire, puis nous nous sommes demandé “Où aurons-nous l’impact le plus important?” » dit Piocos. « Nos laboratoires de chimie organique ont environ 500 étudiants qui utilisent des chemises de laboratoire et des gants de nitrile, alors nous avons décidé de commencer là. »

Le programme RightCycle détourne les vêtements, les gants en nitrile et les lunettes de sécurité à usage unique des sites d'enfouissement et les transforme en nouveaux biens de consommation.

Le résultat

À la suggestion de Kristina Ament, gestionnaire de laboratoire pour les cours de chimie en laboratoire du département, environ 2 000 étudiants en chimie générale ont également commencé à utiliser les Gants en nitrile de Kimberly-Clark Professional.

Encouragée par ce succès, Piocos a présenté les résultats de son département avec le programme RightCycle à Mary Beth McGrew, vice-présidente associée principale et architecte de l’université, qui dirige les efforts de développement durable de l’université. Étant donné la quantité de déchets solides générés par le campus principal et ses nombreux satellites, McGrew a vu une occasion de détourner des tonnes de déchets solides. Elle cherche à éventuellement étendre le programme à travers l'université en remplaçant les vêtements et les gants en nitrile existants par des produits recyclables Kimberly-Clark Professional.

Le passage aux vêtements de marque Kimtech® a amené un autre avantage : un niveau de protection plus élevé que les anciennes chemises de laboratoire. « Les anciennes chemises de laboratoire étaient poreuses et les chemises de laboratoire de Kimberly-Clark Professional possèdent une protection contre les éclaboussures, ce qui en fait une solution gagnante tant du point de vue de la sécurité que de la durabilité », explique Piocos.

Les gants Kimberly-Clark Professional coûtent également moins cher que ceux que l'université utilisait auparavant. Et, lorsque Piocos a partagé le succès du programme avec le fournisseur de services alimentaires de l’université, l’entreprise a exprimé son intérêt à l’essayer. Cette initiative permettrait d’étendre encore davantage les efforts de réacheminement des déchets de l’université.

« Nous nous concentrons fortement sur la durabilité dans notre département, surtout avec notre chef de département actuel, le Dr Tom Beck », dit Piocos. « Le programme RightCycle est une partie importante de cet effort. » Piocos ajoute que seulement pour les deux classes de chimie, le département a détourné plus de 650 livres de déchets solides en seulement cinq mois au cours de l'année universitaire 2017-2018.

« L’objectif de l’année à venir est de faire en sorte que tous les membres du département de chimie qui utilisent des chemises de laboratoire et des gants de nitrile passent à ces produits recyclables. Si cela se concrétise, nous prévoyons qu'au moins 2 000 livres de déchets solides pourraient être détournés des sites d'enfouissement. Pouvez-vous imaginer ce qui arriverait si toute l’Université de Cincinnati adoptait le programme RightCycle? »

  • Articles Correspondants